Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Constat sur la qualité des sols

L'étude Bio-Electronique des sols et des produits qui en sont issus vient confirmer l'aspect dynamique de toute forme de vie, réplique de la dynamique de l'eau, tout élément s'avérant tributaire des possibilités de résonance et par conséquent d'adaptation, tant aux variation saisonnières qu'aux variations cosmiques, d'origine lunaire.

Elle permet de mettre en évidence les caractères comparatifs de produits agricoles issus de sols de même nature. Suivant le mode de culture utilisé, elle précise le sens des déviations des potentiels préludant aux attaques parasitaires, elle excelle à définir les mécanismes de germination, de fermentation et de maturation, tout ceci étant chiffré par l'évolution subie par les potentiels au cours des phases successives d'un même phénomène.

Les états d'oxydation et de survoltage, liés au procédé de culture chimique, se répercutent au niveau de la morphologie cellulaire, mettant en évidence le gigantisme, l'anarchie et parfois une totale destruction des structures. Suroxydation et survoltage sont également à l'origine de proliférations parasitaires les plus diverses.

Les techniques chimiques de l'agriculture créent une illusion, mais s'avèrent un facteur inéluctable d'épuisement, donc de stérilisation progressive des sols par destruction de la couche d'humus et la consommation des produits qui en sont issus comporte de lourdes conséquences sur la santé, tant pour l'animal que pour l'homme.

Exemple de la fraise : L'étude bio-électronique de fraises provenant des 2 méthodes de culture est à cet égard significatif. La fraise issue de culture chimique possède des caractéristiques bioélectroniques: acidose, oxydation, carence minérale et survoltage, qui en font un fruit différent de la fraise cultivée biologiquement. L'étude, complétée par un examen microscopique des structures, permet de constater les possibles répercussions des variations de potentiel. La fraise cultivée chimiquement présente une structure anarchique et un survoltage qui la rend vulnérable à la limace car ses coordonnées bioélectroniques sont comparables à celles du fruit traité. En dépit de sa belle apparence flatteuse à la fois pour le producteur et le consommateur, nous avons affaire à un fruit dégénéré, dénué de réelles qualités nutritionnelles.

Exemple de la fraise


 

Pour tous les textes et produits présentés sur ce site : Copyright Omhéga 2007 / 2010 Tous droits d'auteur des contenus réservés.
Sauf autorisation formelle écrite et préalable, la reproduction ainsi que toutes utilisations des textes, illustrations et produits autres que la consultation individuelle et privée sont interdites.